# Procédure de traitement |

Déroulement du traitement suivant le protocole Coimbra

Pour la mise en place du protocole, quatre analyses de sang et d'urine et autant de rendez-vous avec un médecin formé à la méthode sont nécessaires sur une période d’un an.
Lors de la première prise de rendez-vous avec le médecin du protocole, le patient reçoit une liste des examens sanguins  requis avant le début du traitement. Ces examens peuvent également être prescrits par un médecin  généraliste et être effectués dans un laboratoire près du domicile du patient.

Un examen sanguin complet est d’abord pratiqué à fin de vérifier le bon fonctionnement des reins, de la thyroïde, du foie et de d’autres éléments du métabolisme. Les taux de parathormone, de calcium et d’autres composants sanguins sont également établis à fin de fixer la dose quotidienne de vitamine D.
Muni de ses résultats d’examens, le patient se rend au premier rendez-vous avec son médecin du protocole. Un contact personnel doit avoir lieu au début du traitement. Après, le "traitement à distance" par téléphone ou Skype est possible dans certains cas.

Le médecin du protocole évalue la dose de départ de vitamine D en fonction des paramètres personnels du patient et lui fournit toutes les informations sur la nutrition, l’absorption de liquide, l’exercice physique à pratiquer, la prévention du stress et les compléments alimentaires à prendre en plus de la vitamine D.

Six semaines à 4 mois plus tard, un nouvel examen sanguin et une calciurie sur 24 heures de contrôle sont effectués. En fonction des résultats de ces examens, la dose quotidienne de vitamine D peut être ajustée. D’éventuelles modifications du régime alimentaire  ainsi qu’un ajustement des compléments alimentaires sont également discutés.

Deux à trois mois plus tard, il y a de nouveaux examens de contrôle avec, si besoi n, un nouvel ajustement de la dose de vitamine D.La même chose  se passe encore  six mois plus tard. La dose finale est alors fixée. À ce stade, le plein effet de la vitamine D, à savoir l'absence de nouvelles poussées et la régression  de symptômes récents devrait être atteint.

Au bout d’un an, un contrôle de sécurité a lieu. La dose doit être éventuellement ajustée de nouveau parce que ce n’est qu’à ce moment-là qu’il y a une assimilation complète de tous les agents actifs par le corps. La plupart des patients ont alors  à nouveau besoin de doses de vitamine D plus élevées, car leur taux de PTH recommence à augmenter.

Lorsque tous les paramètres  sont au niveau souhaité et qu’aucune activité de la maladie n’est plus décelable,  les rendez-vous de contrôle ont lieu  tous les deux ans. D’après l’état actuel des connaissances, la dose de vitamine D fixée individuellement  doit être prise à vie. Le régime alimentaire, l’absorption de la quantité de liquide requise et la pratique régulière d’exercice physique  doivent également être maintenus durant toute la vie afin d'éviter d’éventuels effets indésirables du traitement.

 Continuer vers "Coût estimé"